Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 13:39

sigle-zero-alcool.png

 Grossesse et alcool





Mon conjoint et moi avons décidé d'avoir un enfant. Puis-je continuer à boire jusqu'à ce que je sois enceinte?
Réduire sa consommation d'alcool à partir du moment où l'on désire concevoir offre à l'enfant un environnement sain et propice à son développement. Éviter de consommer est un choix encore plus sûr. En effet, il est souvent difficile d'identifier le moment exact où se produit la fécondation et l'embryon est particulièrement vulnérable pendant le premier trimestre.



Pourquoi l'alcool peut-il nuire au développement du bébé?
L'alcool est une substance toxique qui passe rapidement du sang de la mère à celui du bébé. Les organes du fœtus étant en plein développement, ils sont particulièrement vulnérables à tout produit toxique, surtout pendant les trois premiers mois de la grossesse. La femme qui désire concevoir un enfant a tout intérêt à modifier ses habitudes de vie dès qu'elle envisage de devenir enceinte (réduire sa consommation d'alcool, éviter toute autre substance toxique, surveiller son alimentation, etc.).

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

La consommation excessive d'alcool a-t-elle une incidence sur le fœtus ?
Oui. En consommant une quantité d'alcool relativement importante et de manière fréquente, les femmes enceintes s'exposent à donner naissance à des enfants présentant certains problèmes spécifiques. On dit de ces enfants qu'ils sont atteints du syndrome d'alcoolisme fœtal (SAF), c'est-à-dire un ensemble de problèmes pouvant se présenter sous forme d'un retard de croissance,d'un déficit intellectuel,de malformations cardiaques, d'une tête anormalement petite et d'autres anomalies faciales et du squelette. Une consommation excessive occasionnelle comporte aussi certains dangers similaires. Une femme qui éprouve de la difficulté à contrôler sa consommation d'alcool devrait en discuter avec son médecin ou tout autre intervenant avant même d'envisager une grossesse et tout au long de celle-ci. Elle trouvera ainsi le support adéquat.




bebe-saf.png





Est-ce qu'une consommation restreinte d'alcool fait courir le même risque à l'enfant ?

Non. Les risques d'atteinte au fœtus diminuent de beaucoup quand la consommation se limite à un verre à l'occasion. L'effet toxique de l'alcool est proportionnel à la quantité ingérée et à la fréquence de consommation. C'est pourquoi nous croyons qu'éviter de consommer tout au long de la grossesse demeure le choix le plus sûr. Par ailleurs, l'alcool n'est jamais le seul facteur intervenant dans le développement du bébé. La santé des parents, leurs antécédents, leur style de vie, l'alimentation de la mère, les polluants extérieurs, l'usage du tabac et de drogues durant la grossesse ainsi que les conditions socioéconomiques influencent le cours des choses.


Est-il vrai que le vin et la bière sont moins dommageables pour le foetus que les spiritueux?
Non. Un verre standard des trois produits contient exactement la même quantité d'alcool, comme on l'a signalé en réponse à la question 3. Par ailleurs, le passage de l'alcool dans le sang de la mère à celui du bébé peut être ralenti si elle mange avant de consommer.

Un verre c'est 341ml (12oz) de bière à 5% d'alcool, 142ml (5oz) de vin à 12% d'alcool ou 43 ml (1,5 oz) de spiritueux à 40% d'alcool. C'est ce que l'on appelle un verre standard.

 

J'aime boire du vin en mangeant un bon repas. Dois-je changer mes habitudes durant ma grossesse?
À ce jour, la recherche ne permet pas de déterminer un seuil minimal de consommation entièrement sécuritaire pour le développement du futur bébé. Par ailleurs, les risques d'avortements spontanés, de malformations, de retard de croissance et de déficience mentale augmentent avec la quantité d'alcool ingérée par la mère lors d'une même occasion et avec la fréquence de sa consommation. Nous croyons qu'éviter de consommer de l'alcool demeure le choix le plus sûr. Enfin, vous pouvez toujours consulter votre médecin pour discuter de votre consommation ou pour obtenir de l'aide si vous en avez besoin.

 

Nous célébrerons notre dixième anniversaire de mariage. Puis-je boire à cette occasion?
Cet événement est important pour vous et il importe que vous puissiez le célébrer. Pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour le souligner autrement que par une consommation d'alcool ? Il existe toute une série de boissons rafraîchissantes et festives non alcoolisées que vous pouvez consommer et qui vous aideront à «être de la fête». Rappelez-vous que personne, en aucune circonstance, n'est en droit d'inciter qui que ce soit à consommer des boissons alcoolisées et que personne non plus ne devrait culpabiliser une femme enceinte qui choisirait de prendre un verre à l'occasion.

J'ai choisi d'allaiter mon bébé. Puis-je prendre un verre à l'occasion?
Toute femme qui choisit l'allaitement doit penser à son bien-être et à celui de son nourrisson. Une alimentation équilibrée et du repos s'imposent. De plus, elle doit éviter de consommer de l'alcool lors de l'allaitement car l'enfant absorbera la même quantité d'alcool que sa mère en prenant son repas. Les femmes qui optent pour l'allaitement peuvent se permettre de boire modérément à l'occasion (pas plus de deux verres) en laissant s'écouler le temps nécessaire entre la consommation et la tétée. Rappelons qu'il faut compter deux heures pour éliminer un verre d'alcool. Celles qui optent pour l'allaitement mixte pourront remplacer la tétée suivant la consommation par un biberon.







Qualques Sources du site Ortho-SAF.com consacré au Syndrome d’Alcoolisation Fœtale et à l’Ensemble des Troubles Causés par l’Alcool sur le Fœtus



Période de développement et sensibilité aux effets d'alcoolisation

La mise en place des organes du foetus survient à des moments précis de la grossesse.
L´alcool et son métabolite principal l´acétaldéhyde, sont dits tératogènes, c´est-à-dire capables de provoquer des malformations sur un organisme en formation. Il existe une dose seuil d´alcool capable de provoquer l´effet toxique mais on ne connaît pas cette dose minimale.

 

tableau-clinique-saf.png

 



L´atteinte du Système Nerveux Central
La construction du cerveau se poursuit pendant toute la grossesse. L´effet tératogène de l´alcool est responsable d´une désorganisation cérébrale importante avec des anomalies de la migration des neurones, des défauts de connexions synaptiques et des perturbations de la mise en place des zones du langage, de l´émotion.... Les troubles s´exprimeront au moment où ces zones cérébrales déficitaires vont être sollicitées : troubles du langage, du comportement moteur, de l´émotion....
Les conséquences sont multiples et variées et constituent un handicap quotidien, une entrave à l´autonomie. Cette atteinte du SNC se caractérise par :

  • La mise en évidence de troubles neuro-développementaux diagnostiqués par le pédiatre, le neurologue, l´ergothérapeute, le neurospychologue...

  • Une microcéphalie par diminution de la taille des hémisphères cérébraux ou des malformations cérébrales détectées par imagerie cérébrale. Certaines zones du cerveau sont plus affectées que d´autres : le cortex frontal, le corps calleux, les ganglions de la base, le noyau caudé, le cervelet, l´hippocampe.

  • Une déficience mentale avec un QI inférieur à 70 retrouvé chez 25% des personnes atteintes de SAF. Le degré de cette déficience semble proportionnel à celui de la dysmorphie crânio-faciale mais il n´est pas constant et les tests d´évaluation donnent souvent des résultats hétérogènes.

  • Des difficultés des différents apprentissages physiques et scolaires

  • Des troubles du langage : le versant expressif, supérieur au versant réceptif, dissimule une mauvaise compréhension des structures longues, complexes ou abstraites.

  • Une atteinte des fonctions exécutives, en d´autres termes de l´ensemble des procédures nécessaires au contrôle et à la réalisation de comportements dirigés vers un but. Cette atteinte constitue un handicap au quotidien car ces personnes seront incapables de prendre conscience des conséquences de leurs actes, de résoudre des problèmes, de planifier des activités...

  • Une difficulté d´abstraction.

  • Un trouble de la mémoire tant visuospatiale que verbale. L´apprentissage de mots nouveaux est laborieux, la mémoire de travail (MDT) est souvent déficitaire. A l´opposé la mémoire à long terme (MLT) ainsi que la mémoire procédurale sont mieux préservées.

  • Un trouble de l´attention avec des difficultés pour fixer, maintenir et faire varier son attention. L´association avec l´hyperactivité n´est pas rare.

  • Un trouble des facultés d´adaptation et des conduites sociales qui ne peut s´expliquer uniquement par les antécédents familiaux ou l´environnement. Ces enfants peuvent être irritables, impulsifs, ayant des difficultés à contrôler leurs émotions. Ce déficit dans les compétences sociales s´aggrave fréquemment avec le temps, les exigences de la vie en société devenant, à l´adolescence et à l´âge adulte, de plus en plus pesantes.

Plus la consommation d´alcool est importante plus le tableau clinique risque d´être sévère.

Mais il est des formes où l´atteinte est dégradée ; par exemple, le tableau clinique peut associer deux traits dysmorphiques et des troubles des apprentissages.
Le terme générique ETCAF permet de regrouper toutes ces formes symptomatiques où l´exposition prénatale à l´alcool est l´étiologie principale. De manière générale, le dépistage de ce risque autorise la prise en charge précoce de l´enfant et, par le phénomène de la plasticité cérébrale propre au nourrisson, permet de corriger en partie les effets délétères de l´alcoolisation cérébrale.


Il faut savoir évoquer une exposition prénatale à l´alcool devant un enfant présentant un retard de langage ou des troubles déficitaires de l´attention ou un retard mental.
Le syndrome d´alcoolisation foetale est la première cause d´origine non génétique de retard mental.

Repost 0
Published by Nathalie Bernard - dans Grossesse et allaitement
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 10:30

 

Plus de lait et plus d'énergie avec lesgraines germées

 

 

Pendant la grossesse et l'allaitement, le corps de la femme à besoin de fournir ce qui est nécessaire au bon développement de son bébé. Il est donc normal parfois que les mamans soient en perte d'énergie et parfois de lait car la fatigue est de plus source de stress. 

 

Bilan (shématisé) : carence = fatigue = stress = saute d'humeur et mauvais sommeil = encore plus de fatigue et de stress = difficulté de production de lait

 

 

C'est en partie pour cette raison qu'il est primordial dés la grossesse d'éviter les carences en favorisant un bon équilibre alimentaire et une bonne hygienne de vie (voir dossier sur ces sujets).

Malgrés nos efforts nous avons parfois besoin de prendre des compléments alimentaire pour éviter des carences en fer ou autres minéraux.

Les graines germées sont d'extraordinaires concentrés d'acides aminés, vitamines, minéraux, oligoéléments et enzymes, elles remplacent avantageusement tous les compléments alimentaires. Embryons végétaux, elles portent en elles tous les nutriments destinés à la futur plante. Profitez de ces aliments de plaisir et de santé, à la fois vitalisants, reminéralisants, nutritifs et très digestes !

Si vous les ajoutez quotidiennement à vos repas, vous éviterez ainsi le besoin de compléments alimentaire et favoriserez un bon équilibre de votre organisme.

 

 

 

 

graines_germees.JPG

méthode générale

 

  • Dans un bocal en verre (ou un germoir) mettre les graines à tremper une nuit dans l'eau froide (attention aux quantités, la graine double ou triple de volume quand elle est germée).

  • Rincer à grande eau, puis après avoir recouvert le bocal de moustiquaire (ou gaze...) tenue par un élastique, le retourner et le laisser légèrement pencher de sorte que l'eau puisse continuer à s'écouler.

  • Rincer une foi par jour jusqu'à germination.

  • Consommer sur des salades, des pâtes, du riz, ou en plus grosse quantités dans des gratins (mais crues, elles conserveront beaucoup plus de vertus).

  • En consommer tout les jours si possible, même deux à trois fois par jours, au moins la valeur d'une poignée (germées).

  • Pour les conserver et stopper la germination, les rincer et les mettre au réfrigérateur.

 

 

Particularités de certaines graines

 

blé

Consommer quand le germe est juste sorti. Le blé est une graine très très riche.

 

fenugrec

Consommer quand le germe pointe juste. Cette graine est plutôt amère, mais très riche.

 

Luzernes

Consommer quand le germe forme des feuilles (avec des tiges d'environ 10cm). Très agréable, cette graines peut être directement déguster comme une salade verte.

 

sésame

Consommer quand le germe pointe juste, si non cette graine devient très très amère.

 

lentilles

Consommer quand le germe pointe et jusqu'à 1cm environ. Attention une substance semi-toxique recouvre les lentilles lors de la germination. Il est donc nécessaire de les jeter dans de l'eau bouillante avant consommation.

Il est aussi possible de faire germer vos lentilles avant de les cuisiner comme d'habitude.

 

pois chiches

La procédure est exactement la même que pour les lentilles.

 

Soja

Prendre la graine de soja vert. Et la consommer quand le germe est à 2 - 3 cm (avant qu'il y ai les feuilles)

 

 

IL EXISTE BEAUCOUP DE GRAINES, CECI EST UN EXTRAIT DES POSSIBILITEES.

 

Repost 0
Published by Nathalie Bernard - dans Grossesse et allaitement
commenter cet article
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 12:58

 

La sexualité pré et postnatale

 


 sexualite-et-grossesse.jpg

 

Durant la grossesse, la sexualité subit des fluctuations. En général, nous avons remarqué que chaque trimestre a ses particularités. Cependant, les informations ci-dessous ne sont que des généralités et ne seront pas forcement proche de ce que vous vivez. Mais dans tous les cas cela vous donnera une bonne idée des changements qui peuvent survenir pendant cette période.

 

 

 

 

 

 

Les 3 premiers mois

 

  • Le désir diminue souvent, soit à cause des nausées; soit par peur de faire une fausse-couche; soit parce que nos émotions sont centrées vers ce nouveau bébé, qu'il soit désiré ou non.

  • Le désir augmente parfoisparce qu'il n'y a plus de précautions contraceptives à prendre, ce qui diminue le stress chez les partenaires; ou encore à cause de l'euphorie que suscite cette grossesse.

 

 

Du 4e au 8e mois

 

  • Le désir diminue parfois parce que le couple à peur de blesser ou de déranger le bébé.

  • Le désir augmente car :

    • les hormones sexuelles sont plus abondantes, ce qui rend la femme plus sensible

    • les vaisseaux sanguins sont dilatés

    • les rêves érotiques sont plus fréquents et stimulent la libido

 

Du 8e au 10e mois

 

  • Le désir diminue généralement car :

    • la femme est plus fatiguée

    • elle est plus grosse, ce qui complique les relations

    • elle se sent moins séduisante, elle recherche donc moins le contact (mais les hommes peuvent aussi aimer les formes de leur femmes enceinte)

 

Durant la période postnatale

 

  • Le désir diminue car :

    • la femme a peur d'avoir mal

    • la lubrification est moins importante même s'il y a désir

    • les besoins de tendresse de la mère sont comblés par le bébé

    • si la mère allaite, il peut y avoir des écoulement de lait

    • la mère est plus fatiguée

    • le bébé (et les autres enfants) peuvent interrompre les rapprochements

    • le papa peut avoir peur de faire mal à sa femme

    • il a pu être un peu « choqué » par la vulve gonflé de sa femme lors de l'accouchement et a besoin de temps

    • les parents sont fatiguées par les nuits plus agitées

 

  • Redémarrer la libido

    • se donner du temps (attendre la fin des saignements avant la première relation, et se donner quelques mois pour la libido revienne)

    • en parler avec le conjoint

    • créer des occasions (donner les enfants à garder, prendre du temps à deux est important)

    • reconquérir l'autre (se faire beau et belle, jouer de séduction, user d'humour...)

    • découvrir de nouveau aspects de la sexualité du couple

Repost 0
Published by Nathalie Bernard - dans Grossesse et allaitement
commenter cet article
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 11:40

Conseils en hygiène de vie pour la femme enceintefemme-enceinte-zen.jpg

 

 

 

 

les gestes généraux du quotidien

 

Conseillés

 

  • favoriser une alimentation équilibré, riche en protéines (source de fer, importante pour la multiplication des cellules surtout les nerveuses, celles de votre enfant), fer, minéraux et vitamines. Rencontrer un conseillé en alimentation (naturopathe, diététicien, médecin...) ou lire sur le sujet. Vous pouvez également trouver beaucoup de renseignements sur internet.

  • Il est également important de beaucoup boire. De l'eau, des jus de fruits frais, des tisanes....Les liquides sont très important pour une bonne élimination des déchets.

  • Dormir au moins 8 heures par nuit et faire la sieste. Un bon repos vous assurera un meilleur équilibre émotionnel et une bonne détente. Vous pouvez rehausser vos pieds pour dormir, afin de favoriser une bonne circulation sanguine.

  • Prenez soin de votre corps et de votre moral. Faites vous masser, prenez des bains (attention à ne pas dépasser 35°, dans le ventre le bébé sera alors à 37°. Un bain plus chaud ne serait pas bénéfique pour lui), porter des vêtements confortable (ample et en coton), écouter de la musique douce, prenez le temps de lire.....bref faites vous plaisir et faites plaisir à votre bébé.

 

 

 

Déconseillés

 

  • Ne pas consommer de thé, café, et toutes boissons gazeuses à base d'excitant

  • Ne pas fumer ou être dans un lieu plein de fumée

  • Les drogues en tout genre et l'alcool ne doivent pas être consommés, à moins que votre santé en dépende. Attention à l'auto médication, les médicaments sont des drogues. Toujours dire au médecin qui prescrit l'ordonnance, que vous êtes enceinte.

  • Éviter les aliments et boissons pleins de colorants, acides, conservateurs, et arômes artificiels. Lire les étiquettes !

  • Éviter les douches vaginales, à moins d'une prescription médicale.

  • Les médicaments (même phytothérapie et homéopathie) ne doivent pas être consommés sans l'avis d'un professionnel.

  • Renseignez vous sur les conséquences d'un vaccin avant de l'accepter.

  • Attention au contact des pesticides, peintures volatiles, dissolvant, colle, vernis, certain produits ménager et autres produits chimiques dangereux. Renseignez vous avant utilisation.

  • Éviter de consommer de la viande crue ou peu cuite, la charcuterie.

  • Pas de contact avec la litière du chat qui est source d'infection

  • Éviter les rayons x sauf si nécessaire. Enceinte ou non demander un tablier pour couvrir votre région pelvienne. (Il est prudent de ne pas accepter de radio en dehors des menstruations.) Ne vous laissez pas intimider et dites toujours que vous êtes enceinte !

  • Le dernier mois éviter le sel afin de permettre à la peau et au périnée d'être plus souple

 

 

 

Si vous avez déjà fait ou consommé une ou plusieurs des choses déconseillées, ne vous alarmez pas. Mettez ces conseils en pratique au plus tôt, et si vous avez un doutes sur un point n'hésitez pas à demander conseil. Il est bon de mettre tout cela en pratique par toutes femmes susceptibles d'être enceinte (ayant des relations sans contraceptifs).

 

 

La stimulation du système immunitaire

 

En début de grossesse, l'immunité de la femme enceinte diminue légèrement afin d'empêcher l'organisme de rejeter l'embryon. Différentes approches peuvent êtres utilisées pour améliorer votre système immunitaire. Au niveau de l'alimentation et des habitudes de vie, il est conseillé :

 

  • d'éviter le stress et le manque de sommeil

  • d'éviter le sucre, car 80g suffisent à diminuer de moitié l'activité des globules blancs pendant 5 heures

  • d'éviter l'alcool qui affecte la mobilité des globules blancs

  • d'éviter la pollution atmosphérique qui altère les muqueuses

  • d'éviter la surconsommation d'antibiotique qui nuit au système immunitaire naturel

  • de consommer des aliments riches en vitamines A, C, E, et en zinc, sélénium et des légumes verts.

 

 

L'exercice

 

L'exercice physique régulier apporte de nombreux avantages à la mère. Il stimule la vitalité, améliore la circulation sanguine et la souplesse, tout en préparant les muscles qui seront sollicités lors de l'accouchement.

 

La marche, la natation et le yoga sont les exercices de prédilections pour une femme enceinte. Il est conseillé de faire trois séances de 20 mn par semaines.

Il n'est pas conseillé de faire des exercices physiques très demandant (jogging, sport d'équipe...), les sports à risque sont à éviter (ski, équitation....).

 

  • Ne pas avoir trop chaud (compter 2° de plus pour le bébé)

  • les exercices fatigants ne devraient pas durer plus de 15 mn

  • privilégier les cours spécialement conçus pour les femmes enceintes

  • garder le rythme cardiaque sous les 140 pulsations / mn

  • éviter les positions inconfortables (debout sur une jambe longtemps...)

  • éviter les étirements trop intenses qui peuvent affecter les articulations. (Pendant la grossesse les ligaments sont détendus pour permettre au bassin de s'ouvrir pendant l'accouchement.)

  • en cas de douleur ou de gène, en parler à votre médecin

 

 

Repost 0
Published by Nathalie Bernard - dans Grossesse et allaitement
commenter cet article
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 11:26

 

Exemple de repas type

pour femme enceinte ou allaitante

 

  repas-femme-enceinte-copie-1.jpg

 

  • petit dej:

 

infusion

4 ou 5 fruits oléagineux (noix, noisette, amande...)

une petite poignée de graines germées ou d'huile de germe de blé

fruit frais

fruits secs (abricots, ananas, figues...)

fromage frais

miel

(les ingrédients peuvent être mélangés)

 

ou

 

infusion

4 ou 5 fruits oléagineux (noix, noisette, amande...)

une petite poignée de graines germées ou d'huile de germe de blé

une tranche de pain complet

légèrement beurré

miel

 

Afin d'éviter les fermentation acide ,ne pas consommer avec le pain (farine !!), de fruits, confiture, jus de fruits, compote...

 

 

  • 10 heure (facultatif)

fruits

 

  • repas de midi

 

légumes cuits et crus (varier les couleurs)

graines germées

protéines (oeufs, viandes, poissons, fromage à pâte cuite, légumineuses (lentilles...)...)

glucides (pain complet ou semi-complet, pomme de terre, riz, pâtes, banane...)

(les légumes doivent être majoritaires)

 

 

  • goûter

fruits

 

  • repas du soir

légumes cuits et crus (varier les couleurs)

graines germées

protéines (oeufs, viandes, poissons, fromage à pâte cuite, légumineuses (lentilles...)...)

glucides (pain complet ou semi-complet, pomme de terre, riz, pâtes, banane...)

(les légumes doivent être majoritaires)

 

 

  • les graines germées favorisent la lactation (en quantité et en qualité)

  • les produits anisés favorise également la lactation en quantité (fenouil, aneth..)

  • le persil est très riches en vitamines mais coupe le lait, en consommer seulement pendant la grossesse

  • consommer les fruits une demi heure avant le repas ou trois heures après afin d'éviter les fermentation acide

  • sucre = plutôt complet mais le miel est plus bénéfique

  • attention aux fruits de mer, certains poissons ne sont pas recommandés non plus

  • les levures, gomasio, algues...peuvent être associé à tous les plats car ils sont riches en minéraux et vitamines et sont de bons compléments

  • les cuissons vapeur sont les moins nocives

  • l'huile d'olive est préférable (cuite ou cru)

  • alcool, café, thé noir sont à éviter (voire supprimer)

  • Ne pas oublier de boire beaucoup d'eau (évite les varices et la constipation), mais pas trop pendant les repas, cela dilue les sucs gastriques.

  • Le lait de vache est « encrassant », ne pas en prendre en trop grande quantité. Il est préférable de consommer du chèvre ou du brebis.

  • Le soja est bien mais attention à ne pas en abuser.

  • Pour les protéines : pas de limites pour les jaunes d'oeufs, attention aux viandes et poissons crus ou mal cuites.

  • Bien laver les crudités

  • les infusions de plantes ont des qualités bien particulières, choisir en fonction de vos goûts mais aussi en fonction de leur vertus.

  • Bien sûr l'alcool est à bannir. Un verre peut créer des troubles de développement du foetus

 

 

 

Les produits très fort en goût (choux, asperges, ail, oignon,....) peuvent plaire ou pas au bébé qui tête, mais ne pas hésiter à lui proposer afin de lui permettre d'étendre sa découverte du goût !

 

 

Cette liste est inspirée des conseils de Yolande Buyse et André Passebeck lors de mes deux grossesses en 1989 et 1992.

 

Attention : toujours demander l'avis de votre médecin

Repost 0
Published by Nathalie Bernard - dans Grossesse et allaitement
commenter cet article
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 20:02

Conseil pour un bon allaitement

 

 

 

Je ne reviendrai pas sur les détails concernant les complications, les rythmes des tétées ou autres contenus d'articles que l'on trouve sans limites sur internet, dans les magazines ou dans les livres. Par contre, je souhaite ici partager une information particulièrement importante et que l'on trouve beaucoup moins : qu'il soit maternel ou artificiel, pour qu'un allaitement soit réussi, une maman doit nourrir sont bébé avec amour et envie, sans angoisses ni stress.

 

En effet, l'allaitement soulève encore beaucoup de questions, de tensions et d'incompréhension.
Pas toujours sûres de ses envies au moment de la grossesse ou de l'accouchement, la femme enceinte ou la jeune maman peut vite se laisser envahir par des idées parfois préconçues.
Or, la mère a moins besoin de conseils extérieurs que d'un environnement qui l'encourage à avoir confiance en elle. Il est extrèmement important de savoir se protéger de ces influences qui ne correspondraient pas à votre envie profonde.

 

Comment être sereine lorsque c'est la première fois, que vous êtes fatiguée et que vous vous sentez seule, ou que votre bébé vous semble souffrir ou avoir faim ? Dans les paroles de proches, les articles divers ou même les conseils des professionnels, vous trouverez "tout et son contraire". Tout le monde y va de sa conviction profonde ou de son témoignage. Cela est très utile, comme source d'information, mais attention à ne pas vous laisser envahir par des personnes trop insistantes, qui souhaitent vous convaincre.

 

Pourtant, vos questions doivent trouver des réponses, afin que vous soyiez plus rassurée, plus détendue. En situation, il est compliqué de choisir, car votre enfant à faim, et c'est là l'urgence ! Il est donc primordial de décider et de vous préparer avant la naissance. Si vous savez pourquoi vous avez choisi tel type d'allaitement, vous serez plus forte pour faire face aux différents situations que vous rencontrerez. Vous saurez comment répondre à tous les choix auquel vous devrez faire face.

 

Savez vous que le persil et les carottes coupent le lait ? Que les graines germées favorisent la qualité et la quantité de votre lait ? Que pour une bonne utilisation du tire lait vous devez respecter une durée identique à celle d'une tétée ? Que les crevasses sont souvent dues à une mauvaise position ? Que le lait du biberon est plus difficile à digérer ? La connaissance de ces réponses, et plus encore, vous permettra d'être plus rassurée, de ne pas angoisser, de ne pas stresser. Vous saurez en effet pourquoi les choses arrivent, et quoi faire pour y faire face ; vous pourrez prévenir les problémes en appliquant les gestes de prévention.

 

Il est donc important de vous documenter pour ne pas vous laisser influencer. En étant suffisamment préparée vous éviterez de faire des choix que vous regretterez. Vous êtes la personne la mieux placé pour savoir ce que vous voulez ou pas, et bien souvent la mieux placée pour savoir comment réagit votre bébé à ce que vous lui proposez. Les professionnels, votre famille ou vos ami(e)s, veulent vous soutenir, mais ne ils ne savent pas mieux que vous ce que vous ressentez. Même le papa parfois se laisse facilement convaincre, car il ne ressent pas ce qu'une maman ressent pour son nouveau né.

 

Il est donc important de ne pas se reposer sur des idées reçues, mais de vous informer sur les avantages et inconvénients de chaque situation et choix possibles, d'être renseignée sur les difficultées possibles, de savoir les prévenir et les traiter si nécessaire. Ainsi, le moment venu, vous pourrez décider et mettre en oeuvre ce qui favorise un bon déroulement de vos choix.

 

Ne l'oubliez pas, le stress est un « coupe lait » important.

 

 

affiche-allaitement

 

Repost 0
Published by Nathalie Bernard - dans Grossesse et allaitement
commenter cet article